Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Agenda > Santé > 29e Journée nationale de psychothérapie institutionnelle : Liberté de (...)

29e Journée nationale de psychothérapie institutionnelle : Liberté de circulation, vie quotidienne et psychoses - samedi 11 avril 2015

vendredi 26 septembre 2014, par Usp


Liberté de circulation, vie quotidienne et psychoses.
samedi 11 avril 2015
Halle Aux Grains, place de la République , Blois

Les travaux de Jean Oury sur La vie quotidienne et le Collectif éclaireront notre réflexion.

Lorsque des processus psychotiques altèrent profondément la vie quotidienne, le sentiment continu d’exister et la possibilité de circuler d’un espace à un autre, il importe de proposer un accueil structurant permettant de regagner du terrain sur les tendances au repli et à l’isolement.
Quand une dissociation psychique ou un délire troublent le contact avec autrui, perturbent la possibilité de se situer dans l’existence et de construire le monde avec les autres (Tosquelles), une approche collective active tant sur le plan thérapeutique que social ou médico-social est indispensable.

Dans le cadre légal et réglementaire où ils exercent leur métier pour soigner, éduquer, ou « accompagner » les personnes qu’ils sont amenés à rencontrer, les professionnels élaborent avec elles des stratégies collectives qui sont fréquemment compromises voire annihilées par des cloisonnements organisationnels déstabilisants et source de rupture existentielle. Là où l’on se contente de suivre les recommandations officielles ou les protocoles standardisés, les personnes ainsi traitées disent souffrir de devoir demeurer passives voire contraintes dans ce cadre formel trop strict. Ces « usagers » qui se regroupent dans la cité pour penser leur existence et se soutenir mutuellement, déplorent les impératifs voire les entraves auxquelles ils doivent se confronter pour « être soigné » quand leur équilibre psychologique est de nouveau perturbé par des manifestations pathologiques les privant de leur liberté d’être avec leurs concitoyens.

L’expérience de l’hôpital de Saint-Alban qui assura la survie réelle et psychique des personnes hospitalisées et soignées activement durant la guerre a une influence décisive sur les soins psychiatrique et le travail du Secteur dans la cité. En prenant appui sur les associations 1901, les acteurs du mouvement de psychothérapie institutionnelle ont élaboré avec les personnes malades qu’ils fréquentent, des espaces de coexistence, de co-vivance, de coopération et d’initiative qui peuvent tenir lieu de continuité existentielle pour elles et les soutenir sans entraver leur liberté d’initiative, de responsabilisation ou de circulation dans une cité ouverte intégrant l’hôpital.

Afin de mieux préciser ce que sont la vie quotidienne et la question d’habiter le monde quand des logiques psychotiques prédominent, cette journée visera à élaborer en commun les trouvailles, les inventions, les questionnements collectifs ou de chacun sur les problématiques concernant la liberté de se soigner, de circuler et de construire une existence active dans la cité intégrant dans un mouvement psychique partagé les personnes en difficulté, les familles, les établissements et les professionnels de terrain qui sont à leur contact.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site