Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Infos partenaires > Service public > Article Hospimedia du 3 novembre 2009 : Étude de la DREES - Les contraintes (...)

Article Hospimedia du 3 novembre 2009 : Étude de la DREES - Les contraintes de travail se dégradent à l'hôpital

mardi 3 novembre 2009


03.11.09 - 16:30 - HOSPIMEDIA |Inhérentes au secteur de la santé, les contraintes de travail tendent à s’accentuer et devenir de plus en plus pesantes sur le personnel hospitalier, notamment dans le public, selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) parue lundi sur l’évolution de l’organisation du travail à l’hôpital entre 2003 et 2006. En trois ans, près d’un salarié sur deux (46%) a ressenti une hausse des contraintes de rythme de travail.

En 2006, ils étaient 52% à déclarer travailler fréquemment le samedi, 46% le dimanche et 22% la nuit. Dans le public, un tiers des médecins (30%) et infirmières (35%) disent cumuler le plus souvent ces trois contraintes. Un constat légèrement moins élevé dans les établissements privés à but non lucratif et les cliniques privées. A cela s’ajoute les astreintes, qui concernent fréquemment 69% du corps médical. Outre ces contraintes temporelles, la plupart des professionnels de santé admettent un rythme soutenu et des délais très courts, le tout pour des demandes exigeant des réponses immédiates. Sans oublier de fortes contraintes liées au travail collectif et à une constante collaboration entre collègues.

Les pics d’activités, en hausse, se généralisent. Dès lors, 40% des agents hospitaliers ressentent une impossibilité de faire face à leur charge de travail au moins une fois par semaine. Pour 9%, ce ressenti est même quotidien. En conséquent, les procédures de qualité et les délais imposés sont de plus en plus difficiles à respecter. Et puis, la moitié des infirmières et des aides-soignantes, ainsi qu’un tiers des médecins, affirment ne pas pouvoir interrompre momentanément leur travail. Certes, le sentiment d’un métier utile et une forte implication prédomine encore, mais la moitié des professionnels ont le sentiment quer leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur, notamment les infirmières et les aides-soignantes (60%).

T.Q.

À télécharger : L’étude de la DREES : http://www.sante.gouv.fr/drees/etude-resultat/er-pdf/er709.pdf


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site