Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Infos partenaires > Service public > Article de Libération du 12 mars 2010 : « Tous les mensonges sont bons pour (...)

Article de Libération du 12 mars 2010 : « Tous les mensonges sont bons pour fermer des lits »

vendredi 12 mars 2010


Des centaines de salariés de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris se sont rassemblés ce vendredi devant le siège de leur employeur, à Paris, pour protester contre les suppressions d’emplois qui les menacent.
PHILIPPE BROCHEN

Ils sont plusieurs centaines ce vendredi midi devant le 3 avenue Victoria, siège de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, dans le IVe arrondissement parisien. Présents pour les premiers depuis 10 heures du matin. Tous sont salariés de l’AP-HP. A l’appel de l’intersyndicale CFDT, CFTC, FO, SUD, CGT, ils se sont rassemblés pour protester contre « les suppressions d’emplois et des restructurations » dans les hôpitaux franciliens, « conséquence de la loi Bachelot ».

Depuis la veille, un groupe de leurs collègues occupe pacifiquement les locaux et a déployé des drapeaux syndicaux aux balcons.

Des personnalités politiques candidates aux élections régionales sont présentes sur le pavé, notamment Olivier Besancenot (NPA), Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), et la première adjointe au maire de Paris, la socialiste Anne Hidalgo.

Non loin, les salariés de l’AP-HP expliquent volontiers les motifs de leur colère. Dont Marcel, 34 ans, agent administratif (non syndiqué) à l’hôpital Trousseau. « Ce plan qu’ils appellent de réorganisation est purement économique. Leur but est juste de démanteler les services de soin, de casser le service public. » Marcel craint que la majeure partie de l’activité de Trousseau soit « rebasculée sur les hôpitaux Necker ou Debré ». Le salarié ne comprend pas cette logique administrative. « On vient de nous faire une maternité haute technologie dernier cri. Elle aura trois ans en uin. Quel intérêt ? »

Hélène, également agent administratif, avoue son inquiétude : « C’est sûr, ils ne vont pas reprendre tous les personnels. » Et la salariée d’anticiper : « Ils vont nous faire trois propositions de postes, et si on refuse, ce sera la porte. »

Quelle suite pensent-ils que leur mouvement du jour va prendre ? « Il y a des AG dans tous les hôpitaux de l’AP-HP. On attend maintenant des nouvelles de nos collègues qui occupent le siège. » Et de menacer : « On n’est pas encore en grève générale, mais ça peut le devenir. »

A quelques dizaines de mètres, devant la porte du siège de l’AP-HP gardée par une dizaine de gendarmes mobiles, quatre salariés sont assis dans des fauteuils roulants auxquels sont accrochés des pancartes : « Avec Leclercq (le directeur général, ndlr), le pays où l’AP-HP est précaire. » ou encore : « Economies sur des vies : - 300 millions d’euros, - 4.000 postes. 1,6 million d’euros de gâchis (H1N1) »

De l’autre côté de l’avenue, Catherine, 52 ans, scande elle aussi des slogans hostiles à la réorganisation. Cette secrétaire médicale salariée de l’AP-HP depuis seize ans travaille à l’hôpital Clémenceau de Champcueil, dans l’Essonne. Cet établissement de gérontologie risque de perdre 37 lits de rééducation et de « soins de suite ». Soit « quatre emplois ». Elle ne sait pas si elle va conserver le sien. « Ils disent qu’ils veulent redéployer cette activité à l’hôpital Rothschild (XIIe), parce que nous accueillons une majorité de patients parisiens. C’est archi faux. Ils sont prêts à tous les mensonges pour justifier leurs arbitrages. Nous recevons au maximum 3% de Parisiens. »

Quatre jeunes salariés du même hôpital Clémenceau de Champcueil écoutent à quelques mètres. Marie-Claire est ergothérapeute. Typhaine, Laëtitia et Guillaume sont psychologues. Les deux premières sont en CDI. Les deux derniers, en CDD, craignent de perdre leur emploi.

« Il y a de grandes chances que nous ne soyons pas renouvelés. Mais les arguments de l’administration sont fallacieux. Ils veulent juste fermer les hôpitaux de proximité. Déjà que nos patients ne reçoivent pas beaucoup de visites... Si en plus on les déménage à Paris, alors qu’ils viennent de l’Essonne, de Seine-et-Marne et du Loiret... » Et les quatre jeunes professionnels de s’interroger sur les motivations de fermeture de lits : « Nous avons un taux de remplissage de 95%. Et il faut douze jours pour obtenir un lit... Vraiment, on ne comprend pas... Tous les mensonges sont bons pour fermer des lits... »

Il est 13h30. Les manifestants lèvent le camp.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site