Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Infos syndicales > Partenaires > Communiqué de Sud Santé Sociaux du 16 juillet 2009 : non à la politique de (...)

Communiqué de Sud Santé Sociaux du 16 juillet 2009 : non à la politique de répression syndicale

jeudi 16 juillet 2009


Avant même la mise en place de la loi HPST, renforçant les pouvoir
déjà exorbitants donnés aux directeurs par les plans hôpital 2007 et
hôpital 2012, la répression et les intimidations s’abbatent sur tous ceux et
celles qui s’opposent à la destruction du service public de santé.

L’exemple d’un psychiatre, chef de service depuis 15 ans à l’EPSM
(établissement public de santé mentale) des Flandres, responsable
syndical et militant associatif engagé et reconnu, est éloquent. Le conseil
éxécutif de cet établissement vient d’émettre un avis défavorable au renouvellement de sa chefferie de service, dénonçant par là même sa pratique syndicale alors que la Commission Médicale d’Etablissement s’était
prononcée pour ce renouvellement.

La fédération Sud Santé Sociaux dénonce ce fait. Par ailleurs,
dans de nombreux établissements en lutte contre les suppressions de postes
et la baisse de la qualité des soins, des militants sont brimés dans leur
notation, leur avancement, leur déroulement de carrière du fait de leur
activité militante. Pire ils sont confrontés à la tentative de répression, de
pénalisation, de toute action syndicale qui sort du cadre de la négociation
feutrée ou de la grève passive. Ce sont en tout cas le voeux du Syndicat
National des Cadres Hopitaliers qui l’exprime par courrier à la ministre en
date du 8 Juillet. Par contre les cas de harcèlement de personnels par les
directions ne semblent pas émouvoir les autorités hospitalières.

Sud Santé Sociaux dénonce ces méthodes qui visent à museler toute
contestation.

Sud Santé Sociaux dénoncera toute tentative de répression à l’encontre de
militants et demande à la direction des hôpitaux et de l’organisation des
soins (DHOS) intervienne sur la direction de l’EPSM des Flandres dans
le cadre du respect de la décision de la CME, mais au-delà, à ce que les
autorités hospitalières régulent mieux les abus de pouvoir et prennent en
considération la situation dramatique dans laquelle se trouvent les agents
hospitaliers du fait des politiques de restrictions budgétaires qui leur sont
imposées et du manque d’effectifs.

Sud Santé Sociaux, conscient de ce que la loi HPST va aggraver ces
conditions en demande le retrait immédiat.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site