Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Région > Nouvelle Aquitaine > Libre opinion : Se répproprier le sens de notre travail - tract distibué à (...)

Libre opinion : Se répproprier le sens de notre travail - tract distibué à l'occassion de la grève du CHS d'Auch (Gers)

mercredi 16 juillet 2008


Tract diffusé à l’occasion de la grève menée par les soignants du CHS d’Auch depuis 2 semaines (CGT et SUD), contre la dégradation des conditions de travail (saturation des capacités d’accueil) et le manque de personnel (plus de 10 postes d’infirmiers et plusieurs postes de médecins vacants).

Il situe ces problèmes dans le contexte politico-économique actuel de sabordage du service public, pour accélérer la sélection par l’argent et "l’efficience".

Libre opinion

SE REAPPROPRIER LE SENS DE NOTRE TRAVAIL

La dégradation accélérée des conditions de travail ces toutes dernières années touche l’ensemble des soignants, médecins compris : sous-effectif, dispersion des tâches, orientation comportementaliste des soins, renforcement du pouvoir administratif et gestionnaire…
Traçabilité, évaluation, efficience, responsabilisation : telle est la langue de bois qui dissimule cette dégradation, cherchant à persuader chaque soignant que, si problème il y a, c’est lui seul qui en est la cause. Cette méthode de « gouvernance » du management d’entreprise néolibéral, importée dans le service public de psychiatrie, vise donc à culpabiliser et diviser chacun d’entre nous jusqu’à l’erreur individuelle, ou l’épuisement psychologique.
Comment nous, soignants en psychiatrie, pourrions-nous être dupes de cette aggravation de notre souffrance professionnelle, comme de la souffrance sociale en général ? Comment ne pas voir que, sous couvert de « progrès » technologiques comme les PTI, l’informatisation du dossier de soin, les protocoles multiples, on occulte encore la réalité en augmentant insidieusement le contrôle sur les patients comme sur nos actes ? Comment ne pas comprendre, à travers la pression croissante des admissions, qu’on nous demande de plus en plus d’être les garde-fous de la précarisation économique et de la dérive sécuritaire du système socio-politique actuel ?
Il serait temps de quitter la posture individualiste de soumission craintive qu’on nous impose, et de nous réapproprier solidairement le sens de notre travail !

Dr Olivier LABOURET, Vice-président de l’USP

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site