Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Infos partenaires > Service public > Pour les malades du sida aussi, les services de soins ferment - 28 janvier (...)

Pour les malades du sida aussi, les services de soins ferment - 28 janvier 2010

jeudi 28 janvier 2010


Le gouvernement assure que les restructurations et suppressions d’emplois annoncées au sein des hôpitaux de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ne diminueront en rien l’offre de soins. Les praticiens hospitaliers – un millier d’entre eux menacent de démissionner des fonctions administratives – les personnels, leur intersyndicale, affirment le contraire.
C’est aussi l’avis du Collectif de patients du sida qui en fait la démonstration. Ce collectif, fondé par des personnes atteintes du sida est né l’an dernier lors de la fermeture du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Joseph.
500 patients suivis dans cet hôpital, parfois depuis dix ans et par le même médecin, avaient alors été transférés à Necker ou étaient déjà suivis 800 autres malades.
Dans un communiqué le collectif rappelle que tous ces patients ont ensuite été « transférés à l’Hôtel-Dieu pour amorcer la création d’un nouveau service ambulatoire mirobolant qui devait sauver l’Hôtel-Dieu. Quelques jours plus tard, il est expliqué que la rénovation de l’Hôtel-Dieu est impossible parce que trop coûteuse ! Ce qui n’empêche pas que, dans le même temps, on continue de faire circuler une rumeur selon laquelle les 1 700 patients VIH de Cochin vont également aller à l’Hôtel-Dieu puisque, désormais Cochin et l’Hôtel-Dieu sont un seul et même hôpital ».
Mais les aberrations se poursuivent. Voici que, précise le collectif, « à l’hôpital Pompidou, on annonce aussi la fermeture du service d’immunologie (à nouveau 1 700 patients) qui devraient également rejoindre l’Hôtel-Dieu ! Si on ajoute aux ex-patients de Saint-Joseph et de Necker (1 500) les 1 700 de Cochin, les 1 700 de Pompidou et les quelques 300 qui vont suivre leurs médecins vacataires récupérés de Tenon et de Henri Mondor, on arriverait à... 5 200 patients, dans des locaux vétustes et condamnés, sans possibilité d’hospitalisation sur place ».

« A qui fera-t-on croire que tout cela n’est envisagé que pour le bien des patients et pour l’amélioration de la qualité de leur prise en charge ? » conclut le collectif qui demande « un moratoire sur les restructurations et la tenue avant le mois de juin d’Etats généraux du Sida en Ile-de-France » .

Maïté Pinero

Contacts :
Téléphone : 06 80 43 06 34
Mail : collectif-de-patients@orange.fr
Site : www.collectif-de-patients.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site