Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Infos partenaires > Santé > Vieillissement et hausse des dépenses de santé : une idée fausse

Vieillissement et hausse des dépenses de santé : une idée fausse

dimanche 12 octobre 2008


Voici deux documents dont la source est l’IRDES (Institut de recherche et documentation en économie de la santé).

Ils concernent l’un et l’autre la relation entre vieillissement et dépenses de santé.

Dans la conclusion de la brochure, Pierre Khalfa fait état d’un idée assez répandue dont l’énoncé pourrait être le suivant : "La proportion croissante de sujets agés dans la population va entraîner une augmentation importante des dépenses de santé"

Cette idée n’est pas nouvelle.
Elle est préconçue.
Elle est fausse.

Comme elle procède en apparence d’une logique élémentaire, du gros bon sens, elle est difficile à réfuter. Comme le fut l’idée que le soleil tourne autour de la terre ou que le monde fut créé en sept jours. A force de répéter des idées on finit par se convaincre qu’elles sont l’expression indéniable de la vérité.

Pour le vieillissement et les dépenses de santé, ce n’est que récemment que quelques travaux sérieux (scientifiques) ont touché au sujet.

Les documents joints apportent des preuves que le vieillissement de la population n’est pas un facteur détrerminant majeur de l’accroissement des dépenses de santé en France. Des travaux proches ont été réalisés aux Etats Unis par le United States Census Bureau et publiés en mars 2006. Il est probable que des travaux semblables furent conduits dans d’autres pays développés. Je ne les connais pas.
Mais il faut savoir que la réfutation d’une idée, aussi ancrée dans les esprits, est difficile, et il est aussi difficile d’obtenir les financements que de franchir la barrière de l’incrédulité.

Dernier argument, il n’est pas le meilleur, mais il frappe. Si vous mettez en relation l’espérance de vie et les dépenses de santé pays par pays (développés ou en développement), il y a des disparités énormes qui iraient plutôt dans le sens inverse de l’idée simplette que les vieux sont un fardeau parce qu’ils sont plus malades et coûtent cher.

Jean-Claude Salomon, Attac


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site