Union Syndicale de la Psychiatrie USP.


Accueil > Région > Hauts de France > communiqué de l’USP Nord-Pas-de-Calais du 5 octobre 2008 : DARH-DARH, demain (...)

communiqué de l'USP Nord-Pas-de-Calais du 5 octobre 2008 : DARH-DARH, demain j'enlève le bas...

dimanche 5 octobre 2008, par Usp


RÉGION NORD PAS DE CALAIS

pierreparesys@orange.fr– site : www.uspsy.fr

La région Nord Pas-de-Calais ne peut-être qu’une "région pilote" pour
la destruction du service public et l’ARH(agence régionale de
l’hospitalisation) ne ménage pas ses efforts... Dix-sept
établissements de la région sont déclarés en déficit alors qu’on leur
a simplement coupé les vivres ... C’est en effet grâce à son service
public de santé très largement majoritaire,et donc moins cher, que la
région a limité les dégâts.
M. Gérard Dumont , DARH de 1996 à 2003 démontrait que la région était sous-équipée et manquait de personnel médical et paramédical...
Bizarre... Pour le dernier, c’est trop .. Pourquoi ? Parce
que ! C’est tout ce que l’on peut obtenir comme réponse... Parce
qu’il n’est pas question de discuter avec ces gens-là... Ils
appliquent... Ils sont comptables... Et ils font appliquer...

IL FAUT FAIRE CESSER LE CARNAGE, METTRE FIN À LA VIOLENCE D’ÉTAT QUI N’A DE CESSE DE DÉTRUIRE TOUS LES ACQUIS D’APRÈS-GUERRE.(usp 29/11/05)

Les soins sont évalués au mérite, sur la base de la valeur marchande
de l’individu. Le parcours de soin, le dossier médical partagé sont
imposés pour les plus pauvres. La réforme « Hôpital 2007 », avec sa
tarification à l’activité et la mise en concurrence, encouragera avant
tout l’activité et la demande de soins là où elle est possible, parce
que l’offre existe et que la population a les moyens de demander et de
« consommer ». L’indépendance des médecins hospitaliers est attaquée
par une fragilisation de leur statut et un intéressement pour mieux
imposer ces orientations et tenter de déculpabiliser les praticiens en
les déresponsabilisant. C’est sur ordonnance ministérielle que
l’abandon de soin est ordonné mais c’est par l’administration qu’il
est organisé.
L’eugénisme social est assumé pleinement et sans complexe, la réponse à la précarité des conditions de vie doit être une politique de simple gestion des « débordements »(usp 21/03/06)

La mauvaise foi et le cynisme sont des armes redoutables, comme nous
l’avons vu dans le cadre de la réforme de l’Assurance maladie, avec M. 
Douste Blazy, le contrôle des chômeurs et le droit du travail avec M. 
De Villepin, la justice à 2 vitesses avec M. Perben ; la recherche de
bouc émissaire, l’affirmation que des parasites et des profiteurs
corrompent le système à chaque fois favorisent le consensus. L’ennemi
est intérieur, c’est votre voisin de palier, celui qui n’a pas l’air
de travailler, qui est trop vieux, qui a une drôle de tête ou une
drôle de couleur, vous l’avez toujours su… Peu importe si ces
affirmations favorisent la haine, la violence, les règlements de
compte, c’est ailleurs que cela se passe, chez les pauvres, les
précaires, les vilains tout en justifiant une nouvelle escalade de la répression. Un tel système, qui
se nourrit de la délinquance, du chômage et de la précarité, n’a aucun
intérêt à les voir reculer. (usp 28/09/06)

Les réformes engagées depuis 2002 sont parfaitement cohérentes et
visent toutes à abandonner le principe de solidarité au profit d’une
politique de marchandisation de l’individu et de contrôle social. La
volonté au travers du projet de loi « dit » de prévention de la
délinquance, d’utiliser le besoin de soins ,l ’accès aux soins et les
soins à des fins de contrôle social et intolérable (usp-smg-amuf
15/10/06).
Avec la T2A (tarification à l’activité) Mr Bertrand a encouragé les
hôpitaux à sélectionner des pathologies et des individus rentables,
avec Mme Bachelot et les franchises nous sommes coupables d’être
malade et elle montrera du doigt les patients atteints d’affection de
longue durée (ALD). Le projet de loi HPST consacre la perte
d’indépendance médicale (contraire au code de déontologie), les
patients doivent être rentables, générant des actes qui permettent
même un intéressement des personnels (usp 26/09/08) ; il s’agit là de
mettre en place une usine à gaz coûteuse et sans responsable puisqu’il
s’agit d’une organisation pyramidale de comptables. Plus récemment M. 
Sarkozy encourage les hôpitaux à ne pas admettre les patients risquant d’y mourir .

Bravo à messieurs Mattéi, Douste-Blazy, Bertrand, Mesdames Daty et
Bachelot, messieurs Paulot et Deroubaix , près de quatre Français sur
dix (39%) ont déjà renoncé à un soin, ou l’ont retardé, en raison de
son coût et 85% estiment que leurs enfants ont plus de risques qu’eux
de connaître un jour la pauvreté, selon un sondage Ipsos pour le
Secours populaire français publié le jeudi 25/09/08. A cause de
l’éloignement géographique, 9% des sondés ont déjà renoncé à une
visite chez un généraliste …
Encore un effort et les dysfonctionnements performants (pour coller
aux chiffres et aux exigences productivistes) vont désorganiser un peu
plus les hôpitaux publics, les rendant déficients et plus chers, plus
inaccessibles par le défaut de prise ne charge des soins et la
distance … Certains médecins n’auront même plus à refuser des
soins... Si tu veux tuer ton chien,dit qu’il a la rage … Et s’il le
faut inocule la …

Disparue la pénurie !... C’est encore trop pour le DARH et son
administration où certes les comptables sont majoritaires mais qui ne
manque pas de médecins... La dernière menace vise clairement à casser la solidarité interne pourtant indispensable à la qualité des soins …
Que serait en effet le service public de santé sans l’équipe
pluridisciplinaire ... En psychiatrie elle constitue l’essentiel du
traitement. Menacer de non-remplacement les PH (médecins praticiens
hospitaliers ) après leur départ n’a en effet pas d’autre but que de
les "encourager" à voter plutôt pour la disparition d’infirmier(e)s,
de psycholoqgues, d’éducateurs, de psychomotricien(e)s etc.

Nous appelons ces PH à la résistance et à la mobilisation et rappelons
que l’USP revendique l’existence d’un service public de psychiatrie
avec un budget spécifique basé sur une planification en santé mentale
sur des considérations socio-démographiques et non sur une régulation médico-économique basée sur la productivité hospitalière. (usp 4/09/06)
L’USP demande un ratio planché de 1 psychiatre /10000
habitant(actuellement 1,5 dans notre région et 2,2 au niveau national)
pour les secteurs de la ceinture régionale par dotation
supplémentaire ou par augmentation du pseudo déficit.

L’USP appelle les médecins hospitaliers
- à la solidarité avec les autres agents du service public de santé
quel que soit leur statut pour défendre l’emploi et le service public.
- à la lutte contre la dégradation des conditions de travail et de
retraite, contre la nouvelle gouvernance et la loi HPST, à se joindre
aux actions des 16 et 17 octobre.
- à se joindre à la population pour toutes les actions visant à
défendre l’accès aux soins partout et pour tous et pour une sécurité
sociale solidaire.

L’USP demande le retrait de toutes ces mesures mauvaise pour la santé
de toutes les personnes présentes sur le territoire et pour la
cohésion sociale. Elle appelle à participer aux actions des 3
collectifs suivants :
- Le Collectif National contre les Franchises et pour l’Accès aux
Soins Partout et pour tous et pour une Sécurité Sociale Solidaire : http://www.contre-les-franchises.org/
- La Coordination Nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et
Maternités de Proximité : http://www.coordination-nationale.org/
- Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement
des Services publics : http://www.v-s-p.org/

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Mentions légales | Conception du site